Lire. Comprendre. Vivre
- La Parole de Dieu -

Le dimanche suivant

Ascension du Seigneur

2017-05-28

Ascension du Seigneur


Ascension du Seigneur

ANNÉE A

Première lecture: Les Actes des Apôtres 1, 1-11

Psaume: Psaume  47(46), 2-3. 6-9

Deuxième lecture: Épître aux Éphésiens 1, 17-23

Évangile: Matthieu 28, 16-20

PRIER

Psaume 47(46), 2-3.6-9

Tous les peuples, battez des mains, 

acclamez Dieu en éclats de joie!

C'est Yahvé, le Très-Haut, le redoutable, 

le grand Roi sur toute la terre.

Dieu monte parmi l'acclamation, 

Yahvé, aux éclats du cor.

Sonnez pour notre Dieu, sonnez, 

sonnez pour notre Roi, sonnez! 

C'est le roi de toute la terre: 

sonnez pour Dieu, qu'on l'apprenne! 

Dieu, il règne sur les païens, 

Dieu siège sur son trône de sainteté.

LIRE LA PAROLE

PREMIÈRE LECTURE
Les Actes des Apôtres 1, 1-11

J'ai consacré mon premier livre, ô Théophile, à tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le commencement jusqu'au jour où, après avoir donné ses instructions aux apôtres qu'il avait choisis sous l'action de l'Esprit Saint, il fut enlevé au ciel. C'est encore à eux qu'avec de nombreuses preuves il s'était présenté vivant après sa passion; pendant quarante jours, il leur était apparu et les avait entretenus du Royaume de Dieu. Alors, au cours d'un repas qu'il partageait avec eux, il leur enjoignit de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'y attendre ce que le Père avait promis, "ce que, dit-il, vous avez entendu de ma bouche: Jean, lui, a baptisé avec de l'eau, mais vous, c'est dans l'Esprit Saint que vous serez baptisés sous peu de jours." Etant donc réunis, ils l'interrogeaient ainsi: "Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël?" Il leur répondit: "Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés de sa seule autorité. Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre." 

A ces mots, sous leurs regards, il s'éleva, et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils étaient là, les yeux fixés au ciel pendant qu'il s'en allait, voici que deux hommes vêtus de blanc se trouvèrent à leurs côtés; ils leur dirent: Hommes" de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel? Ce Jésus qui, d’auprès de vous, a été enlevé au ciel viendra comme cela, de la même manière que vous l'avez vu s'en aller vers le ciel."

DEUXIÈME LECTURE
Épître aux Éphésiens 1, 17-23

Daigne le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de la gloire, vous donner un esprit de sagesse et de révélation, qui vous le fasse vraiment connaître! Puisse-t-il illuminer les yeux de votre cœur pour vous faire voir quelle espérance vous ouvre son appel, quels trésors de gloire renferme son héritage parmi les saints, et quelle extraordinaire grandeur sa puissance revêt pour nous, les croyants, selon la vigueur de sa force, qu'il a déployée en la personne du Christ, le ressuscitant d'entre les morts et le faisant siéger à sa droite, dans les cieux, bien au-dessus de toute Principauté, Puissance, Vertu, Seigneurie, et de tout autre nom qui se pourra nommer, non seulement dans ce siècle-ci, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et l'a constitué, au sommet de tout, Tête pour l'Eglise, laquelle est son Corps, la Plénitude de Celui qui est rempli, tout en tout.

ÉVANGILE
Matthieu 28, 16-20

Quant aux onze disciples, ils se rendirent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait donné rendez-vous. Et quand ils le virent, ils se prosternèrent; d'aucuns cependant doutèrent. S'avançant, Jésus leur dit ces paroles: "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin de l’âge."

ENTENDRE LA PAROLE

LE THÈME : «Autorité et pouvoir»

La fête de l’Ascension célèbre la montée de Jésus au ciel, auprès de Dieu. Cet événement achève sa mission sur la terre et fait de lui le Seigneur glorifié de la création tout entière. Il lui confère une autorité absolue sur tout ce que Dieu a créé. En cette fête, nous sommes invités à réfléchir aux questions de l’autorité et du pouvoir, lesquelles reviennent dans chacune des trois lectures.

La première lecture correspond à la section qui introduit le livre des Actes des Apôtres. Dans ces quelques versets, Luc dédie son œuvre à Théophile, son ami et son sponsor. Il fait allusion à l’Évangile dans lequel il a présenté en détails la vie et la mission du Christ. Ici, toutefois, l’accent est mis sur le départ de Jésus, sur son ascension. Celle-ci et l’intronisation auprès de Dieu qui s’ensuit, doivent être considérées comme l’acte véritablement fondateur de l’Église. Le Saint-Esprit dont la présence allait permettre aux disciples de mener à bien leur mission jusqu’aux extrémités de la terre, ne  descendrait sur eux qu’après la montée de Jésus auprès du Père. Ainsi l’ascension est-elle la condition préalable à l’envoi de l’Esprit dont la présence, en retour, deviendra le point de départ de l’Église.

C’est dans ce contexte qu’émergent les questions de l’autorité et du pouvoir. La montée au ciel de Jésus le place auprès du Père. Cet acte appelé « intronisation », ou « glorification », signifie que Jésus reçoit l’autorité divine. Mais saint Luc montre que le Christ à l’intention de déléguer celle-ci à ses disciples qui doivent rester sur terre. Déjà, avant son départ vers le Père, Jésus  leur a dit de demeurer à Jérusalem et d’y attendre patiemment le don de l’Esprit. Il leur a promis qu’ils allaient recevoir la force d’en-haut, autrement dit l’Esprit Saint. Celui-ci allait remplir les disciples de la force qui vient de Jésus. En tant que Seigneur glorifié, il leur délègue donc son pouvoir et son autorité. Il est important de noter que Jésus ne les considère pas comme de simples instruments destinés à transmettre ses instructions. Bien plutôt, il les rend participants de l’autorité dont il jouit  maintenant. Cette délégation et ce partage du pouvoir se font par la médiation de l’Esprit Saint. Nous pouvons percevoir ici quelques différences entre la façon dont l’autorité de Dieu s’exerçait dans l’Ancien Testament et la façon dont elle s’exerce après l’ascension de Jésus. Dans l’Ancien Testament, Dieu donne habituellement des ordres directs, lesquels sont mis en œuvre rapidement et sans discuter. Mais après la venue du Saint-Esprit, Dieu agit par l’intermédiaire de personnes qui accomplissent sa volonté de leur plein gré, guidées et fortifiées par cet Esprit. Nous pouvons dire que le Saint-Esprit permet aux gens d’agir au nom de Dieu dans le monde. Cela est rendu possible par l’incarnation de Jésus et la transformation des cœurs humains qui s’ensuit. Une transformation qui est le fruit de la guidance permanente du Saint-Esprit. Jésus le Seigneur glorifié n’a pas gardé jalousement son pouvoir et son autorité, mais il les a partagés avec ses disciples. À travers eux, il les partage également avec d’autres qui, eux aussi, ont choisi de le suivre.

La lettre aux Éphésiens est un exposé  magistral sur l’Église et sa nature, auquel est associé une réflexion profonde sur le fondement et la nature de la communauté chrétienne. Le court extrait qui nous est proposé aujourd’hui nous fait prendre conscience du don extraordinaire que nous avons reçu de Dieu à travers Jésus. L’auteur veut que les chrétiens apprécient et comprennent pleinement « quels trésors de gloire renferme son héritage parmi les saints ». Les chrétiens jouissent en effet d’une dignité et d’un don sans précédent en étant appelés à la foi et en étant promis à la vie éternelle en présence de Dieu, à cause de la résurrection de Jésus. L’auteur passe ensuite à la question du pouvoir de Dieu. Il écrit : « quelle extraordinaire grandeur sa puissance revêt pour nous, les croyants, selon la vigueur de sa force. ». Et cette puissance, il l’a exercée dans le Christ et par le Christ : d’abord en le ressuscitant des morts, puis en le faisant siéger à sa droite et en faisant de lui le Seigneur glorifié ayant pouvoir sur toute la création. Ce passage bref mais extraordinairement riche s’achève par une description de l’Église comme Corps du Christ. Cette image est remarquable. Le Christ, le Seigneur suprême de toute la création, n’est pas un souverain lointain et autoritaire mais il s’identifie à cette Église qui est son propre corps. Indubitablement, le Christ détient l’autorité suprême. Cela étant, il ne l’exerce pas sur un mode de contrainte autoritaire mais à travers l’union harmonieuse de la tête et du corps. Cette harmonie et cette inclusion trouvent vraisemblablement leur meilleure définition dans le mot « amour ». L’autorité et le pouvoir suprêmes exercés par le Christ au nom de Dieu est donc le pouvoir d’un amour omniprésent qui gouverne en vue de soutenir et de guider.

La conclusion de l’Évangile de Matthieu est souvent appelée « Le grand commandement », alors que les disciples sont envoyés en mission vers toutes les nations. Néanmoins, une fois encore, la question de l’autorité est présente. Et même si Matthieu ne décrit pas l’ascension de Jésus, l’acte de vénération des disciples et l’affirmation, «tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre », le présentent  incontestablement comme le Seigneur glorifié ayant pouvoir sur toute la création. Son ordre de faire  de toutes les nations des disciples par le baptême révèle la façon dont Jésus veut que son pouvoir et son autorité soient utilisés. Par le baptême, les disciples intègreront les croyants dans la communauté, leur garantissant ainsi le salut.

Jésus assure les disciples de sa présence constante tandis qu’ils accompliront leur tâche. Leur travail sera le travail de Jésus et le pouvoir de Jésus leur propre pouvoir. Ce passage nous rend particulièrement conscients de ceci : en tant que Seigneur glorifié, Jésus exerce sa puissance en vue du salut de toute l’humanité.

La fête de l’Ascension célèbre le succès de la mission de Jésus qui est d’apporter le Royaume de Dieu dans le monde et d’ouvrir le chemin du salut à toute l’humanité. Au temps de sa mission, il s’est  totalement consacré  au service de cet objectif. Le  sacrifice qu’il a fait de lui-même lui a valu le don d’une dignité sans pareille, d’une autorité et d’un pouvoir absolus en tant que Seigneur glorifié de toute la création. Toutefois, même dans cette position suprême, Jésus met totalement son autorité et sa puissance au service du salut de l’humanité. Il délègue son pouvoir à ses disciples en leur donnant l’Esprit Saint, tel que nous le voyons dans les Actes des Apôtres. Il exerce ce même pouvoir par son amour qui soutient la communauté ecclésiale, ainsi que nous l’enseigne la lettre aux Éphésiens. Enfin, il l’utilise  pour le salut de toutes les nations en les amenant à la foi par le travail de ses disciples comme Matthieu nous le suggère. Dans l’Antiquité, le pouvoir des dieux terrifiaient les gens car ils avaient appris que la puissance divine pouvait se retourner contre eux. Quelle différence avec notre Dieu qui, par Jésus Christ, exerce son pouvoir suprême en vue de notre salut ! Avec un tel Dieu, nous ne pouvons que proclamer cette bonne nouvelle en nous unissant au psalmiste lorsqu’il chante : « C'est le Seigneur, le Très-Haut, le redoutable, le grand Roi sur toute la terre. »

ÉCOUTER LA PAROLE DE DIEU

L’équation divine : « pouvoir  + autorité  = amour »  va à l’encontre de la façon dont la plupart d’entre nous ont expérimenté le pouvoir et l’autorité. Malheureusement, l’équation dominante dans notre société est : « pouvoir + autorité = contrôle, peur et abus ». Cette dernière est destructrice quels que soient les lieux ou les circonstances dans lesquels elle est appliquée. Et cela, qu’il s’agisse de la sphère privée, telle la maison familiale, ou de la sphère publique comme dans les écoles, les lieux de travail et la politique.  Des enfants ont été abimés par des parents autoritaires et abusifs. Et des nations entières ont été détruites par le pouvoir dictatorial de politiciens avides et égocentriques. Ces expériences d’abus de pouvoir rendent difficiles à beaucoup d’entre nous d’imaginer autre chose, à savoir que  ceux qui exercent une autorité et un pouvoir peuvent amener du bon et être vecteurs de vie. En dépit de ce point de vue dominant, il existe dans l’histoire de l’Afrique des exemples où des leaders ont sacrifié leur existence pour la libération de leur pays. Malheureusement cet héritage est resté sans suite, et le pouvoir politique a perdu cette notion du sacrifice pour le bien commun. De même certains enfants se sont épanouis grâce à l’amour, au pouvoir et à l’autorité de parents capables de sacrifices. Ces exemples d’alternatives à l’équation dominante du pouvoir nous aident à mieux comprendre l’équation divine.

Nous avons suffisamment évoqué la façon dont les autres utilisent leur pouvoir et leur autorité. Maintenant, nous réfléchirons sur la manière dont nous nous servons de celui et de celle dont nous jouissons. Nous pouvons penser que cela ne nous concerne pas puisque nous ne sommes pas en position de force sur nos lieux de travail ou en politique. En fait, nous avons tous un pouvoir et une autorité sur quelqu’un, ne serait-ce que sur notre propre vie ! Le message des lectures d’aujourd’hui contient une invitation à adopter l’équation divine du pouvoir et de l’autorité et à la mettre en œuvre dans notre existence. Cette invitation revêt une urgence absolue sur notre continent.

Les tentations qui viennent du pouvoir et de l’autorité sont si grandes que, laissés à nous-mêmes, nous serions absolument incapables d’appliquer l’équation divine mentionnée ci-dessus. Heureusement, nous ne sommes pas abandonnés à nos seules possibilités, nous avons le Saint-Esprit comme compagnon permanent pour nous fortifier  et nous guider. Il nous invite à partager le pouvoir de Dieu et à suivre l’exemple de Jésus qui a vécu une vie d’amour et de sacrifice. Tandis que nous célébrons la fête de l’Ascension de Jésus, la liturgie nous remet en mémoire l’équation divine du pouvoir telle qu’elle s’est exercée dans sa vie et dans sa mission par le biais des guérisons, des libérations et du don du salut offert à tous.  Il n’a pas utilisé  son pouvoir pour échapper aux défis de l’existence mais il s’en est plutôt servi pour y faire face et pour les vaincre par sa croix et sa résurrection. Dans notre monde où règne l’équation dominante du pouvoir, nous sommes appelés à vivre et à témoigner d’une autre sorte de pouvoir et d’autorité, autant dire à aimer, à servir, à avoir le sens du sacrifice.

PROVERBE

«Un oiseau ne chante pas parce qu’il a une réponse. Il chante parce qu’il a un chant» (Proverbe africain).

AGIR

S’examiner:

Réfléchissez aux expériences de pouvoir,  tant négatives que positives, que vous avez pu avoir dans votre vie. Comment ces expériences ont-elles affecté votre façon d’exercer le pouvoir dans les sphères d’influence qui sont les vôtres ?

Dans votre vie, quelle est l’équation dominante : celle de Dieu ou la plus courante ?

 

Répondre à Dieu:

Confessez vos abus de pouvoir et d’autorité qui ont blessé d’autres personnes.  Et demandez  pardon pour cela.

Priez pour la guérison des abus perpétrés par les personnes qui ont pouvoir et autorité dans votre pays.

 

Répondre à notre monde:

L’abus de pouvoir est rampant dans nos sociétés et est l’une des causes de trauma et de peur dans nos communautés. Prenez la décision de vous confronter à ces abus en commençant par vos relations de proximité,  puis en poursuivant dans votre communauté élargie, votre paroisse, votre gouvernement.

PRIER

Seigneur, donne-nous l’esprit qui fut celui de ton Fils Jésus Christ, lui qui, «de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu», mais « s'anéantit lui-même,» en «prenant la condition d'esclave». Amen.

Écouter

Ascension du Seigneur

Récemment Ajouté

Ascension du Seigneur

Sixième Dimanche de Pâques

Cinquième Dimanche des Pâques

Quatrième Dimanche de Pâques

Bulletin

Inscrivez-vous maintenant et obtenez des nouvelles.

Projet coordonné par

Contact

  • Catholic Biblical Federation General Secretariat 86941 St. Ottilien GERMANY
  • Phone:
    Phone:+49-(0)8193 716900

© 2016-2017 - LectioYouth.net - Tous les droits sont réservés - info@lectioyouth.net